L'actu cynégétique de l'Est de la France

Willy Schraen annonce les nouveautés de son mandat

Après l’agitation des élections, Willy Schraen, passe à l’action. Le 20 octobre dernier, le nouveau président de la FNC a reçu une vingtaine de journalistes pour leur expo les nouveautés de sa mandature. Dans une vidéo live postée sur la page Facebook de la Fédération nationale des chasseurs, Guillaume Desenfant – présentateur de la chaîne Chasseur de France TV – interroge Willy Schraen à l’issue de la conférence de presse qui résume les différents sujets évoqués.

Concernant le permis de chasser, de grandes mesures vont être prises et notamment la mise en place d’un permis de chasser unique. « On arrive à un stade où le permis de chasser est une usine à gaz au niveau national, explique-t-il. Je pense qu’il y a une vraie attente des chasseurs de France d’avoir un permis de chasser unique à prix raisonnable et accessible à tous. On doit être capable de revenir à un permis national pour tous à moins de 200 euros. Ça ne va pas être facile, il y a un vrai boulot mais si on n’est pas capable de se mettre autour de la table et de ne pas travailler dessus, on serait en dessous des attentes des chasseurs. »

Des nouveautés aussi au niveau du grand gibier dont seule la chasse française assume les dégâts. L’objectif du président est de partager cette avec les partenaires directs de la chasse mais aussi avec l’État qui met beaucoup de territoire en réserve de chasse. « Tout le monde va devoir considérer cette position dans cette globalité. Nous ne pouvons plus supporter l’entièreté de la facture des dégâts. »

Enfin, à propos de l’Agence française de la biodiversité – issue de la nouvelle loi biodiversité – Willy Schraen salue le fond mais pas la forme : « Un système qui défend ses territoires et ses richesses, oui. Par contre, comme on l’a fait là, sur une coquille vide avec à la tête de ça un groupuscule de gens idéologiquement anti-chasse, je pense que l’État fait une connerie monumentale. La biodiversité est pour tout le monde [...] ça se fera avec tout le monde ou ça ne se fera pas. Il faut aujourd’hui que l’État prenne en considération toutes les multiplicités de la ruralité et tous les gens qui aujourd’hui portent des actions sur le terrain. Faire une AFB sans chasse c’est ridicule et on va travailler à changer tout ça. »

 

 

 

 

© capture d'écran Facebook - FNC