L'actu cynégétique de l'Est de la France

Meuse

Attention aux chevreuils

Publié le 05/02/2016 |

On constate depuis quelques années des difficultés pour certaines chasses à réaliser les minima de plan de chasse. D’autres n’arrivent pas à avancer avec les bracelets chevrillards (jeunes) et parfois le constat est carrément sur la population visible (circuit, animaux sautés, etc.). Quelles solutions ?

Par ailleurs, les spécialistes de l’espèce qui travaillent à l’ONCFS confirment qu’elle commence à être en difficulté. Les mauvaises années de reproduction liées aux conditions climatiques se multiplient, les chevrettes de poids insuffisant ne sont pas de bonnes reproductrices et le réchauffement climatique qui entraîne un démarrage de la végétation au printemps de plus en plus précoce est préjudiciable à l’espèce. On constate donc des soucis croissants sur le chevreuil.

Quand on discute avec des responsables de chasse, ceux-ci affirment en voir moins, pourtant ils déclarent 80 % de réalisation et ils redemandent autant de bracelets pour l’année suivante. Est-ce raisonnable ?

Bien évidemment que non, et cela crée une spirale infernale pour l’espèce. Devra-t-on augmenter le prix des chevreuils pour que chacun demande ce qui correspond à la population présente sur le terrain ?

La fédération des chasseurs souhaite que chaque détenteur déclare ce qu’il a réellement tué durant la saison 2015-2016 et limite sa demande de bracelets à ce qu’il pense pouvoir prélever en 2016-2017. C’est à ce prix que les plans de chasse pourront être techniquement plus adaptés à l’espèce chevreuil en Meuse.

Dans le cas contraire, les chasseurs paieront de plus en plus de bracelets qu’ils ne pourront pas réaliser et la population ne fera que diminuer. C’est un risque que nous pouvons éviter en ajustant nos déclarations et nos demandes de bracelets.

© Lars Johansson – Fotolia.com