L'actu cynégétique de l'Est de la France

Vosges

Dégâts de gibier 2020/2021

Publié le 03/12/2020 |

Sur la même lignée que les 2 dernières campagnes !

La saison 2018/2019 a été clôturée à 1 935 000 € de dégâts bruts indemnisés aux agriculteurs. La saison 2019/2020, pour laquelle nous ne disposons pas encore de tous les barèmes d’indemnisation, approchera très probablement les 1 650 000 €.

Pour la saison 2020/2021, au 25 novembre 2020, nous disposons des chiffres des 5 premiers mois de cette nouvelle campagne d’indemnisation et toutes les projections nous laissent penser que le montant total des dégâts indemnisés se situera à nouveau, pour une troisième année consécutive, entre 1 500 000 € et 2 000 000 €.

Pour l’heure, les déclarations de dégâts continuent d’arriver à la Fédération. Au niveau des prélèvements actuels de sangliers, cette saison révèle une différence de 1 400 animaux en moins par rapport à l’an passé à la même époque.

Avec ce contexte sanitaire lié à la Covid-19, 2020 est une année très compliquée et le domaine cynégétique n’en est pas épargné. En effet, le confinement du printemps nous a été très défavorable, notamment avec l’impossibilité d’agrainer en période de sensibilité des cultures très élevée et l’impossibilité de protéger ces dernières avec nos clôtures.

Suite à une nouvelle vague épidémique cet automne, nous avons œuvré pour que le second confinement ne nous mette pas en péril et avons obtenu rapidement une dérogation préfectorale de régulation du grand gibier. Cette autorisation administrative nous a permis d’agir en matière de prélèvement de sangliers dans des conditions particulières mais nous devons tous maintenir cette pression de régulation sur les populations de sangliers.

Augmenter les prélèvements

Au-delà de ce contexte sanitaire particulier qui rend difficile les actions à mener pour améliorer la situation « dégâts » sur le département, nous constatons cette saison une très bonne fructification forestière propice au développement des populations de sangliers. De par l’expérience du passé, nous savons que lors de ces années propices, le printemps semble souvent laisser croire à une amélioration alors même que le deuxième semestre s’avère catastrophique et, au final, on assiste à une explosion des populations.

Nous craignons le pire pour 2021 où les capacités de financement fédéral seront réduites à peau de chagrin. Il est impératif de maintenir une pression très forte et augmenter les prélèvements de sangliers cette saison. Pour rappel, l’arrêté préfectoral dérogatoire mentionne l’interdiction des consignes de tirs à l’exception de la bête de tête et la laie suitée. C’est aussi la position que le conseil d’administration de la fédération défend depuis deux saisons, bien conscient du risque majeur d’une troisième année de dégâts bruts au-delà de 1,6 million d’euros.

Chacun de nous doit prendre conscience de l’obligation d’une réduction drastique des populations de sangliers. Nous devons retrouver un niveau compatible avec l’équilibre agro/sylvo/cynégétique et surtout compatible avec nos finances. Il en va également de la qualité de nos relations avec nos partenaires de la ruralité.