L'actu cynégétique de l'Est de la France

Moselle

Piégeage : relevés de captures, la chute libre !

Publié le 29/01/2021 |

L’analyse des bilans de prélèvements remplis par les piégeurs (relevés de captures) permet de mieux connaître et de rendre compte des connaissances sur l’état de conservation de chaque espèce susceptible d’occasionner des dégâts (ESOD).

La Fédération départementale des chasseurs et l’Association des piégeurs de Moselle réalisent et présentent ces travaux dans le cadre de la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage. Ces données indispensables permettent de déterminer, d’étayer et de statuer sur le classement en ESOD de chaque espèce concernée.

Hélas depuis plusieurs années maintenant, le retour de ces données est en forte diminution. Il nous est de plus en plus difficile de justifier et de défendre les intérêts des chasseurs et piégeurs face notamment à nos opposants. En trois ans nous ne pouvons que constater cette baisse concernant aussi bien le nombre de piégeurs que les captures sur nos territoires.

 

 

 

 

 

 

 

Le piégeage est une activité indispensable et un outil au service d'une politique "petit gibier" mais aussi une activité nécessaire du point de vue sanitaire afin de prévenir et combattre les zoonoses (maladie animale transmissible à l'homme) telles que la rage, la leptospirose ou l'échinococcose. Par leur présence quotidienne sur le terrain, les piégeurs agréés sont des relais privilégiés pour détecter les anomalies sanitaires dont peut être atteinte la faune sauvage.

Nous tenons à vous rappeler par le biais de cette lettre d’information que chaque piégeur agréé a obligation de retourner (avant le 30 septembre de chaque année), le bilan annuel de leurs prises, y compris s’il n’a pas pratiqué le piégeage !

Voici quelques graphiques qui résument bien la situation :

 

Grands prédateurs de notre petit gibier, le piégeage des petits carnivores régresse.

 

 

 

Le ragondin tend à coloniser de plus en plus les cours d’eau et plans d’eau de la Moselle.

 

 

 

 

Les corvidés, autres bêtes noires occasionnant énormément de dégâts, que ce soit sur la petite faune ou sur les parcelles agricoles.

 

 

 

 

Le renard subissant des problèmes issus de la gale sarcoptique depuis plusieurs années, est également moins capturé.